Cancers communs – Buccal

Que sont les cancers buccaux-pharyngés ? 
 
Le cancer est une prolifération indésirable et inutile et non-maîtrisée de tout tissu corporel, ayant la capacité de se propager à d’autres endroits. Le cancer buccal commence dans la bouche. La cavité buccale inclue les lèvres, les muqueuses buccales (qui se trouvent à l’intérieur des lèvres et des joues), les dents, les gencives, la partie avant de la langue (deux tiers), le palais dur et la zone située derrière les dents de sagesse.  
 
Le cancer oropharyngé se développe dans la partie de la gorge juste à l’arrière de la bouche. Le pharynx commence là où la cavité buccale s’arrête. Il comprend la base de la langue, le palais mou, la zone autour des amygdales et le fond de la gorge.
 
La cavité buccale et le pharynx aident à respirer, parler, manger, mâcher et avaler. La salive garde la bouche humide et aide à digérer les aliments.
 
Plus de 90 % des cancers de la cavité buccale et du pharynx sont des carcinomes squameux, aussi appelé cancers des cellules squameuses. Les cellules squameuses sont des cellules plates, qui ressemble à des écailles et forment normalement la membrane qui tapit la cavité buccale et le pharynx.  
 
Qui est le plus à risque ?
 
Les facteurs de risque les plus communs sont les suivants : 
  • Le tabac : 90 % des patients souffrant d’un cancer bucco pharyngé fument et le risque de développer ces cancers augmentent avec le nombre de cigarettes ou la quantité de tabac chiqué et la durée du tabagisme. La fumée de cigarette, de cigare ou de pipe peut causer le cancer n’importe où dans la cavité buccale ou l’oropharynx, mais aussi le cancer du larynx, des poumons, de l’œsophage, des reins, de la vessie, et de nombreux autres organes. Les patients qui persistent à fumer après une cure apparente de leur cancer peuvent développer des cancers secondaires de la cavité buccale, le l’oropharynx ou du larynx. La mastication du tabac est associée avec les cancers de la joue, des gencives et de la surface interne des lèvres. 
  • L’alcool : la consommation d’alcool augmente le risque de cancer bucco-pharyngé. 
  • Une irritation: une irritation chronique (à long terme) de la membrane interne de la bouche, causée par des prothèses dentaires mal ajustées ou une dent cassée ou ébréchée est un facteur de risque de cancer buccal.  
  • Une carence en vitamines : une carence en vitamine A est associée à un risque accru de développer un cancer de la cavité buccale et du pharynx. 
 
Quels sont les symptômes du cancer buccal ?
 
  • Une plaie dans la bouche qui ne guérit pas (symptôme le plus commun). 
  • Un ulcère qui ne guérit pas ou une grosseur, n’importe où dans la bouche, qui saigne lorsqu’on y touche et qui est relativement indolore.   
  • Des taches blanches ou rougeâtres (leucoplasie ou érythroplasie) dans la cavité buccale. 
  • Une douleur en avalant
  • Difficulté à ouvrir la mâchoire ou à bouger la langue.
  • Une grosseur ou boursouflure de la joue. 
  • Un cancer de la gorge. 
  • Un changement dans la voix. 
  • De la difficulté à avaler des aliments. 
  • « Maux de gorge » récurrents et inexpliqués. 
  • Difficulté à respirer. 
  • Douleur inexpliquée à un côté d’oreille. 
  • Grosseur au cou. 
 
Que sont la leucoplasie et l’érythroplasie ?
 
La leucoplasie est une zone blanche sur la muqueuse. L’érythroplasie est une légère zone rouge surélevée qui saigne facilement, quand on la gratte. Les causes les plus fréquentes sont le tabagisme ou l’usage du tabac à mâcher. Des prothèses dentaires mal ajustées qui frottent contre la muqueuse et l’irritent peuvent aussi causer la leucoplasie et l’érythroplasie. 
 
Certains symptômes mentionnés plus haut sont très communs dans les maladies du quotidien et n’indiquent pas nécessairement un cancer. Cependant, il est important d’accorder de l’attention à ces symptômes et de consulter votre médecin. Un dépistage précoce offre la meilleure chance de guérison.   
 
Comment diagnostiquer le cancer buccal ?
 
Lorsque nous consultons un médecin pour un problème, il commence tout d’abord par nous écouter en détails, ensuite il procède à un examen. Afin d’aider à trouver la cause des symptômes, le médecin vérifie le dossier médical du patient, suivi d’un examen complet de la tête et du cou, y compris une nasopharyngoscopie, une pharyngoscopie ou une laryngoscopie.  
 
Le seul moyen d’établir un diagnostic est un prélèvement de cellules ou de tissus de la lésion suspecte et leur examen sous microscope ; une procédure appelée biopsie.  
 
Stade d’évolution de la maladie
Si le diagnostic confirme un cancer, le médecin voudra en connaître le stade (ou l’étendue). L’évaluation du stade est effectuée, afin de vérifier si le cancer s’est propagé, et dans l’affirmatif, à quelle partie du corps. Le médecin peut planifier le traitement compte tenu de l’avancement de la maladie. Quelques tests utilisés pour déterminer si le cancer s’est propagé sont entre autres :
  • CAT scan, tomodensitométrie (TDM) – un ordinateur relié à un appareil à radiographie créée une série d’images détaillées des parties internes du corps. 
  • IRM (Imagerie par résonnance magnétique) – un puissant aimant relié à un ordinateur fait des clichés détaillés de parties internes du corps.  .
  • Scan par radionucléides – Le balayage au scanner peut montrer si le cancer s’est propagé à d’autres organes, tel le foie. Le patient avale ou reçoit une injection d’une substance faiblement radioactive. Un scanner mesure et enregistre le niveau de radioactivité dans certains organes, afin de révéler des zones anormales.  
 
Quels sont les options de traitement du cancer buccal ? 
 
Les trois modes de traitement de cancer les plus courants sont la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. La chirurgie est un des traitements du cancer les plus couramment utilisés, où le chirurgien enlève une tumeur localisée dans la bouche. S’il s’avère que le cancer s’est propagé, le chirurgien peut aussi enlever les ganglions lymphatiques dans le cou. Si la maladie s’est propagée aux muscles et autres tissus du cou, l’opération peut être plus conséquente.
 
La chimiothérapie est le traitement du cancer par médicaments. La chimiothérapie du cancer fait appel à des médicaments cytotoxiques, capable d’arrêter la croissance rapide des cellules.
  
Le traitement est administré de façon cyclique, une fois toutes les 3 à 4 semaines, afin de permettre un rétablissement adéquat des tissus normaux et assurer l’élimination des cellules cancéreuses en même temps. 
 
La radiothérapie consiste à soumettre à des radiations la zone où le cancer est localisé. La radiation ionisante endommage ou détruit les cellules cancéreuses et les empêche de croître et de se multiplier. Normalement, le traitement se fait sur une période d’un mois, durant lequel des doses fixes de radiation sont administrées chaque jour. La radiation affecte à la fois les cellules saines que celles affectées, tout en assurant la destruction de la tumeur. Généralement, la plupart du traitement par radiation est fournie en procédure ambulatoire. Le traitement lui-même n’est pas douloureux, comme pour une radiographie, et peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes.
 
La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent causer des effets secondaires. Mais ces effets sont réversibles après l’arrêt du traitement. La plupart des cancers de la cavité buccale et de l’oro-pharynx peuvent être prévenus en évitant les facteurs de risque, lorsque cela est possible.  
 
Après le traitement
 
Orthophonie : après le traitement ou autre traitement de tumeur de la cavité buccale ou du pharynx, le patient peut développer des problèmes d’élocution ou de déglutition. Si tel est le cas, un orthophoniste peut être consulté. 
 
L’importance du suivi du patient
 
Le suivi du patient après un traitement du cancer de la bouche est très important. Les patients qui souffrent d’un cancer de la cavité buccale et de l’oropharynx courent le risque de récidive du cancer à la tête ou au cou. Des examens réguliers permettent de vérifier rapidement des changements dans l’état de santé et, en cas de récidive du cancer ou de développement d’un nouveau cancer, ils peuvent être traités le plus tôt possible. Entre les rendez-vous fixés, les personnes qui ont eu un cancer buccal devront signaler tout problème de santé à leur médecin, dès leur apparition.