Cancers communs – Sein

Le cancer du sein est le second cancer le plus commun et visible chez la femme. Il y a une augmentation du cancer du sein en région urbaine. Les seins sont conçus pour secréter du lait pour le nouveau-né après l’accouchement. Le sein est fait de glandes mammaires et de tissus de support. Les glandes lactifères contiennent des alvéoles, où le lait est produit et les canaux lactifères qui conduisent le lait aux mamelons d’où il débouche. Les tissus mammaires s’étendent de la clavicule, au haut de la poitrine, aux aisselles sur les côtés. Traditionnellement la forme et la taille des seins sont associées à la féminité ; toute maladie affectant les seins est psychologiquement traumatique.
 
Le cancer du sein, c’est quoi?
Le cancer du sein est une tumeur (une masse de tissus anormaux) à l’intérieur du sein. La majorité des cancers du sein débutent dans les canaux lactifères, cependant un petit nombre se forment dans les alvéoles de lait ou lobes. Comme les autres cancers, le cancer du sein, s’il n’est pas contrôlé, a aussi la possibilité de se propager à d’autres endroits. La propagation se fait principalement par voie lymphatique.  
 
Qui est le plus à risque ?
Le cancer du sein est bien plus commun chez la femme que chez l’homme. Certaines femmes sont particulièrement vulnérables. 
  • L’âge – le risque de cancer du sein augmente avec l’âge.
  • Des antécédents familiaux de cancer du sein, c.-à-d. les femmes dont les mères, grand-mères, tantes ou sœurs ont développé un cancer du sein, courent un risque plus élevé. 
  • Les femmes qui ont déjà souffert d’un cancer du sein; courent légèrement plus de risque de voir apparaître un cancer à l’autre sein.  
  • Les femmes qui commencent leur cycle menstruel avant l’âge de 12 ans                                                (ménarche). 
  • Grossesses tardives; les femmes qui n’ont pas allaiter leur enfants, ou celles qui n’ont jamais eu d’enfant. 
  • La ménopause après l’âge de 50 ans. 
  • L’obésité.
  • Un régime riche en graisse. 
Il est important de mentionner ici que même si plusieurs facteurs de risques sont présents, cela ne veut pas nécessairement dire que le cancer va se développer dans ces cas-là. Il est également important de mentionner que 75 % des femmes qui développent un cancer du sein n’ont aucun facteur de risque connu.
 
Quels sont les signes et les symptômes du cancer du sein ?
  • Chez la plupart des femmes, une masse dans le sein, observé pour la première fois, est le signe d’un cancer du sein, mais il y a d’autres signes et symptômes importants :
  • Un écoulement sanguinolent du mamelon. Un changement dans la forme ou la taille du sein. 
  • Un changement de l’aspect cutané dans une partie du sein.
  • Une rougeur sur les mamelons ou régions avoisinantes.
  • Une grosseur ou épaississement à l’intérieur du tissu mammaire. 
  • Une inversion ou un mamelon qui tourne. 
  • Une enflure du haut du bras.
  • Une enflure au niveau des aisselles. 
 
Comment diagnostiquer un cancer du sein ?
Se trouvant dans une région du corps facilement accessible, la détection et le diagnostic précoces du cancer du sein sont comparativement plus faciles et peuvent  fournir un taux de guérison de presque 100 %.
 
L’auto-examen du sein (AES) est important, puisqu’il aide la patiente à déceler tout changement au niveau du sein Toutes les femmes devraient apprendre comment faire cet auto-examen du sein. Cependant, il est rassurant de noter que toutes les grosseurs du sein ne sont pas cancéreuses, bien qu’il soit nécessaire de consulter un médecin lorsque l’une grosseur semble suspecte.
 
Une mammographie est une radiographie du sein à l’aide d’un appareil spécialement conçu, très utile pour le dépistage précoce. 
 
Hormis l’auto-examen du sein, chaque femme âgée de plus de 40 ans doit subir un examen physique du sein pratiqué par un médecin, dans le cadre du programme de l’examen médical annuel.
 
À la suite d’un examen clinique, dans les cas présumés, une biopsie est le seul moyen de confirmer ou d’infirmer définitivement un cancer du sein. Un morceau de tissu mammaire est prélevé, afin d’être testé. Ceci peut être fait en insérant une aiguille dans le sein (cytoponction), ou par une opération sous anesthésie locale ou générale. Un pathologiste va ensuite examiner le tissu mammaire sous microscope, afin de vérifier la présence de cellules cancéreuses.
 
Quels sont les options thérapeutiques lors d’un cancer du sein ?
Les trois options de traitement du cancer du sein sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Souvent le traitement administré peut associer deux thérapies ; chirurgie suivie de radiothérapie; ou chimiothérapie suivie de chirurgie. La sélection de la méthode thérapeutique la plus appropriée dépend de l’emplacement et de la taille de la tumeur, la taille du sein, son aspect sur la mammographie, l’ampleur des changements apportés aux tissus, et la préférence exprimée par la patiente et le médecin traitant.
 
La chirurgie est le moyen le plus commun du traiter le cancer ; le chirurgien enlève alors les tissus affectés ; la plupart du temps une tumeur localisée. Les types de chirurgie peuvent varier. La mastectomie, c’est l’ablation totale du tissu mammaire.
 
La radiothérapie consiste à soumettre la région tumorale, partiellement ou complètement, à des rayons à ondes courtes, en utilisant une variété d’options.
 
La chimiothérapie consiste à utiliser des médicaments cytotoxiques pour arrêter la croissance rapide des cellules cancéreuses. 
 
La vie après une mastectomie (chirurgie consistant à enlever le sein).
 
Traditionnellement,  comme la féminité est associée aux seins, l’ablation chirurgicale du sein peut être traumatique et requiert des mesures de réhabilitation.  
Les prothèses mammaires externes, les prothèses mammaires en silicone et la chirurgie reconstructive redonnent de l’espoir à ces patientes. Les prothèses mammaires sont maintenant disponibles, afin d’aider les patientes à se sentir aussi féminines qu’avant, et que personne ne se rende compte de la différence.
 
La pose d’une prothèse mammaire se fait 6 à 8 semaines après la mastectomie. Des mesures minutieuses permettent d’avoir une prothèse bien ajustée. Lorsqu’elle est bien ajustée, la prothèse est confortable et semble aussi naturelle qu’un sein normal. Vérifiez les points suivants :
  • Est-ce que la prothèse s’adapte bien au bonnet de votre soutien-gorge, au haut comme au bas.  
  • Assurez-vous qu’elle corresponde le plus possible à l’autre sein. Placez vos mains à plat à la fois sur votre sein naturel et la prothèse et comparez la taille et la texture. 
  • Vérifiez que l’extension de la prothèse mammaire ne déborde pas trop sous les aisselles. Vous pouvez le faire en la palpant avec la main, puis en balançant votre bras d’avant en arrière. Si elle est plus volumineuse que du côté opposé, essayez-en une moins épaisse à cet endroit. 
  • Tenez-vous debout et regardez-vous dans un miroir, afin de vérifier la forme et la symétrie. La prothèse devrait être complètement recouverte par le soutien-gorge.  
  • Pour vérifier le résultat final, enfilez une blouse légère ou un T-shirt. Il ne doit y avoir aucune différence entre les deux seins.